Architecture Tlemcen

Architecture en terres d’Islam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Architecture en terres d’Islam

Message par fadila le Ven 24 Juil - 2:08

Architecture en terres d’Islam


I/ Aire géographique et historique :

L’architecture de la période musulmane, dont l’apparition date du VIIe siècle, remonte à la source d’où les procédés des territoires conquis sont issus. En s’inspirant des principes qui avaient dominé notamment l’architecture grecque, romaine et persane, il est arrivé à des combinaisons, à des formes entièrement étrangères à ces Empires.

Le berceau de l’architecture, pendant les VIIe et VIIIe est à Damas et au Caire ; vers le IXe siècle il se transporte à Bagdad puis à Cordoue.

II/ L’urbanisme :

L’islam est une religion citadine qui se fonde sur la mosquée qui est le centre de la vie urbaine.

size=12]1-[/size] Les villes créées : Anjar et Baghdad
Les Omeyades s’inspirent des édifices romano-byzantins et assimilent également les principes urbanistique romains lorsqu’ils fondèrent de nouvelles cités.

La ville d’Anjar (nouvelle ville dessinée suivant le plan carre de la ville romaine partagée en 4 parts par le Decumanus et le Cardo.
Bagdad, capital des Abbassides, est fondée sur un plan circulaire, mesurant 2.6 Km de diamètre ; elle comportait trois enceintes concentriques. Les quartiers d’habitations étaient circonscrits entre la 2ème et la 3ème enceinte, Ils étaient distribués par une surface annulaire et partagés en sections rayonnantes. Quatre portes donnaient accès à la cite. De longs bazars couverts de voutes suivaient les 4 axes de pénétration à partir des portes fortifiées. Le centre politico-administratif et religieux est séparé des quartiers résidentiels par la dernière enceinte et par une vaste étendue de jardins. On y trouvait le palais et la Grande Mosquée, construite en briques crues et cuites.

2- Ville camps : Kairouan et Fustat

size=12]La ville camp est d’implantation militaire née des impératifs de conquêtes et d’islamisation de nouveau territoires (futuhât). Les emplacements de militaires par ethnies (Khitat) donnera naissances aux quartiers.[/size]

3- Ville fonde sur une structure antique : Damas, Alep, Alger

Ces villes s’appliquent sur la structure viaires antiques et remploi les fondations, les matériaux, voire les édifices encore conservés.
4- La ville palatine: Abbassia, Madinat El Zahra

Al-Abbassiya Raqqada, Madinat Al Zahra sont des structures fortifiées, se composant d’un palais avec hammam, des marches, d’une Grande Mosquée, d’un Hôtel de la Monnaie (dar el-dahab) et d’une esplanade (maydan) servant d’hippodrome pour les défilés de troupes.

II/ Composition de la ville :

1- Zone publique : Centre religieux et culturel, commerces, centre politico-administratif.

2- Quartier résidentiel (Hara, Houma)

3- Dispositif de défense.

4- Infrastructures et espaces de services en position périphérique.


III/ Le Palais : Khirbat al (Mafdjar) (739-743)

Il comporte plusieurs parties entourées d’une enceinte à tours rondes ou semi-circulaires.

IV/ Les Mosquées

Composantes des mosquées

Salle de prière

Elle adopte généralement un plan rectangulaire et se décompose en nefs et travées

La cour, ses bassins et ses fontaines aux ablutions :

Des éléments qui participent largement à la composition architecturale de la cour. Ils se trouvent généralement au centre de la composition.

Qibla et mihrab :

La Qibla indique la direction vers la Mecque en revanche le mihrab signale l’emplacement de la qibla dans la mosquée. Son emplacement est privilégié en général dans l’axe de l’édifice, les nefs sont soit parallèles ou perpendiculaires au mur de Qibla.

La nef principale menant au mihrab est plus large et plus haute est couverte par une ou plusieurs coupoles.

- Il peut se trouver plusieurs mihrabs sur le mur de qibla (Grande Mosquée de Cordoue)

- Dans Les mosquées à iwans, La qibla est le mur (de fond d’un des iwans)

- L’axe de mihrab est parfois marquée par le même que celui du minaret (Ibn Touloun au Caire, Grande Mosquée de Samarra).

- Le mihrab est particulièrement décoré de marbre, stuc ou tapissé de céramique.


Le Minbar :

Le minbar originel fait référence à l’escabeau en bois utilisé pour la première fois dans la mosquée de Médine par le prophète (Muhammad qsl) محمد صلى الله عليه وسلم. Ce meuble en bois à l’origine, sera ensuite construit en marbre.

Galeries portiques :

Elles ceinturent les cours sur un ou plusieurs côtés, elles peuvent compter un ou plusieurs travées et sert même d’une extension à la salle de prière.

L’Iwan :

Salle voûtée en berceau, fermée sur 3 côtés et s’ouvrent sur le 4ème par un arc son origine se situe dans le Khorasan (Iran) et entoure les faces intérieures de la cour.

S’il se trouve a l’entrée : Elément formant la portait d’entrée sur la façade principale, il est appelé « pichtage ».

Les types de mosquées (Voir les spécimens présentés en cours)


  • Mosquée hypostyle de tradition arabe.
  • Mosquée à iwân d’influences persanes

    La mosquée du vendredi à Ispahan

    Sa première fondation remonte à l’époque abbasside, mosquée hypostyle, elle ressemble à la première mosquée de Médine avec ces deux salles nées du changement d’orientation de la Qibla. Les seldjoukides ont intervenu à 3 reprises sur l’agrandissement et l’embellissement de cette mosquée et la dotent des caracéristiques suivantes : Elle se caractérise par une cour à
  • Présence de 4 iwans aménagée a partir du XIIe siècle.
  • Existence d’une nette hiérarchie des iwans : les seldjoukides ménagent au milieu de chaque façade sur cour, un grand iwan. Le plus important même vers la salle de prière et par conséquent le mihrab.
  • La mosquée à 4 iwans détermine une double symétrie axiale .cette disposition sera adoptée pour les madrasas.
  • Mosquée à plan carrés ottomanes
Madrasa de l’époque seldjoukide:

À partir du XIe siècle les deux fonctions de prières et d’enseignement furent séparées au sein de la mosquée. D’où la naissance de la madrassa réservée à l’enseignement des sciences religieuses et de la jurisprudence

Au XIIe elles se répandirent en Syrie et en Egypte puis au XIIIe en Anatolie et au Maghreb, Le plan de la madrassa reflète nettement celui de la mosquée persane à Iwans. On trouve le plus souvent autour de la cour carrée, dans l’axe de chaque côté 1 a 4 iwans.

Les iwans servent à l’enseignement et les cellules réservées aux étudiants sont reparties entre eux sur 1 ou 2 niveaux. La salle de prière avec son mihrab est située dans l’iwan sud, en direction de la Mecque.

Au Maghreb, les cellules des étudiants occupent seulement les deux côtés latéraux .La salle de prière à une position privilégiée prenant la totalité de l’espace central en face de l’entrée.

Les madrasas en orient sont des monuments qui se dégagent dans la ville avec leurs façades imposantes. En occident elles font plutôt parties du quartier, s’intégrant à l’ensemble architectural seul un auvent richement décoré permet de la distinguer. Elle peut être adjacente à une mosquée, ou peut servir de lieu de culte avec son minaret pour le quartier.

La madrasa du sultan Hassan :

Fondée a l’époque Mamelouk, en 1356/1363, mesurant 150 m x 70 m. la coupole du mausolée culmine a plus de 50 m et le minaret avoisine 80 m de hauteur.

La Medersa proprement dite est caractérisée par une double axialité, la cour comporte 3 iwans identiques, celui orienté vers le sud (la Mecque) est plus important, il précède la salle de prière (21 m x 27 m et 26 m d’hauteur). Sa conception est née à partir de la cour (du dedans). A l angle nord-est s’élève le grand portail d entrée à stalactites.

Articulation axiale entre la medersa et le mausolée car ce dernier est disposé dans la stricte axialité de la cour.

C’est une structure qui permet de mettre en place l enseignement des 4 rites sunnites orthodoxes المذاهب الأربعة (مالكي, شافعي, حنبلي, حنفي)

Les éléments architectoniques et de décors

Les stalactites

Le passage du plan carré au cercle formant la base de la coupole se fait à l’aide de pendentifs ou de trompes.

Le pendentif issu de l’architecture byzantine marque l’intersection d’une demi-sphère avec un cube.

Trompes : arc en plein cintre.

Les Turcs et les Indiens ont exploité une autre solution : les stalactites ou le système alvéolaire. La construction des stalactites étaient matérialisé par la disposition des briques ou des pierres en saillies : formation de cubes décalés que l’on remplissait de stuc.

fadila
Archi_violet
Archi_violet

Féminin
Nombre de messages : 6
Age : 32
Localisation : guelma
Emploi/loisirs : architecrure
Université : annaba
Réputation : 1
Points : 15
Date d'inscription : 14/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Architecture en terres d’Islam

Message par dalal le Sam 1 Aoû - 21:24

salam à tous
je te remercie pour le sujet qui demeure incomplet ( la bibliographie ou la source), en fait je veux seulement ajouter des informations à propos de ce qu'il est mentionné ci-haut:
il est intéressant de vous rappeler que le fondement de l'art islamique trouve ses origines dans
1. l'interdiction des images ou l'art figuratif en revanche on utilisera une décoration abstraite, inspirée principalement de la religion , des formes naturelles stylisées (fleurs, feuilles, tiges, )
2. le coran et sunna
3. l'ambiance traditionnelle angélique le cas des patios ou wast el dar ouverts vers les cieux ( la demeure de dieux allah, et les anges ) fermer contre les éléments diabolique.
l'article ou (fadila) passe ensuite à l'urbanisme ou aux types de villes ; je veux les restricturer , en 3 branches principales à savoir

les sites vierges ou EX-NiHILO

le cas de kaeraouine tunis, rabat .. Arrow d'origine militaire , OUazan en maroc , Meque ville de pélirinage

pour les villes criées

comme t'as montinné Anjar et Baghdad sachant que Anjar à liban est la première ville criéee par les musulmans en 714 est une réplique aux villes romaines cardou, documaus mais à leurs intersection on trouve pas un forum mais plutot dar el imara et la grande mosquée
pour baghdad plutout il faut dire baghdad la première el oula ( détruite par les mangoles ) car il y aura une deuxième baghdad
oui elle s'est appellé madinat el salam , c'est une ville parfaitement circulaire avec 4 entrées en coude ( chicanne) indiquantes les villes ou les pays voisins bab bassoura bab el cham , .....
on peut ajouter egalement comme ville criées
fés, koufa, cordou, fostat (cair) chiraz en iran , ...

on a des villes (sites) héritées :
constantine, damas, alexendrie, tanji, souse, tunis, ...

pour la composition de la ville je me permet la aussi de restructurer ces élements composants en 3
à savoir:
les quartiers résidentielles
les quartiers commerciales et artisanales
les quartiers millitaires
donc je termine avec les stalactites , je n'ai pas compris cette définition tout simplement les stalactites c'est ce qu'on appelle en arabe el nawazille donc ce sont des formes qui descendent en relief successivement ( comme ceux des grottes magiques )
merci
cordialement

dalal
Archi_vert
Archi_vert

Féminin
Nombre de messages : 38
Age : 31
Localisation : constantine
Emploi/loisirs : etudiante
Université : constantine
Réputation : 6
Points : 62
Date d'inscription : 14/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://architous.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum